Les élèves de biologie et notre classe ont fait des savons avec de l’huile déjà utilisé, de l’eau et de la soude. Cette tâche a été possible grâce à la réaction chimique appelée ‘’Saponification’’. La réaction de saponification est une hydrolyse basique en milieu alcalin. C’est à dire,  dans une solution basique, un corps gras (ou huile végétale) est hydrolysé par un alcalin. L’utilisation de cette base (soude caustique) provoque la rupture d’une liaison entre les acides gras et l’ester de glycérol. La réaction forme alors les produits suivants : un alcool (le glycérol) et les ions carboxylates à longues chaînes carbonées qui constituent le savon.

Ingrédients et matériel:

-Huile utilisé -Moule -Mixeur

-Eau -Récipient pour l’huile – Balance de cuisine

-Soude caustique – Récipient pour l’eau et la soude – Arôme

Protocole:

Dans un verre haut de mixeur, peser exactement :

100 g d’huile de coco hydrogénée

400 g d’huile d’olive

Placer le récipient dans une casserole d’eau au bain marie jusqu’à fusion de l’huile de coco.

Pendant ce temps :

Peser exactement 68 g de pastille d’hydroxyde de sodium NaOH et les transférer dans un récipient en verre (type bécher). Ces masses ont été calculées pour obtenir un savon surgras à 5%.

Dissoudre la totalité des pastilles dans exactement 150 mL d’eau, tout en agitant avec une spatule, le bécher doit tremper dans une circulation d’eau froide (dissolution plus rapide). Attention aux poussières et vapeurs irritantes !

Tout en agitant au mixeur le mélange d’huiles, verser la solution de NaOH . Bien homogénéiser au mixeur. Continuer jusqu’à la trace, c’est-à-dire le moment où le liquide devient assez visqueux pour que le mixeur laisse une trace en surface lorsqu’on le retire du mélange.

À partir de ce moment, ajouter éventuellement 1 à 2 cuillères à soupe d’huile « précieuse » (huile de noisette, d’amande…) ou bien 1 à 2 cuillères à café d’huile essentielle (orange, citron, laurier, lavande, thym, citronnelle…). Bien mélanger au mixeur, sans attendre. Attention, cela peut figer plus rapidement le mélange.

Éventuellement, colorer le savon en ajoutant un peu d’argile verte, blanche, rouge ou jaune, du cacao ou du café en poudre fine (1 à 2 cuillères à café suffisent). Ne pas utiliser de colorant alimentaire, ni de parfum du commerce !

Immédiatement après, verser la pâte dans un moule mou à cake ou à madeleine, ou d’autres formes (mais pas trop fines). Tapoter le moule pour aplanir la surface et faire remonter le bulles d’air emprisonnées.

Produire les savons de cette façon, même si elle est lente, nous permet de savoir qu’est ce qu’il y a dans les savons que nous utilisons car de nos jours, tous les produits ont des additifs nocifs pour la santé. , nous permet d’économiser puisque nous utilisons des produits qu’on a chez nous, à exception de la soude caustique, et principalement au lieu de jeter l’huile, on lui donne un use.
Grâce au savon naturel qu’on a fait en classe on peut recueillir de l’argent pour nos voyages ou les sorties en le vendant au marché de Noël.

Julio Del Olmo Cabrera

Publicités