CONNECTÉS AU VILLAGE PLANÉTAIRE

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION.

 

Comme nous le savons tous, l’évolution massive des nouvelles technologies au cours de la dernière décennie a créé un énorme changement dans différents aspects de notre vie. Avec l’expansion des technologies du numérique, des pratiques de partage, de co-construction de ressources, d’échanges en pair à pair se multiplient. À une échelle mondiale, 3.200 millions personnes utilisent Internet, dont 2.000 millions vivent dans des pays en développement.

 

D’abord, comment définirons nous les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication? Nous pouvons dire que les NTIC, qui constituent un très vaste domaine, sont un ensemble des techniques utilisées pour le stockage, ainsi comme pour le traitement et la transmission des informations par voie électronique (câble, téléphone, Internet, etc.).

 

Nous pouvons retrouver des nombreuses opportunités et inconvénients par rapport à ce thème actuel. D’une part, nous pouvons souligner comme avantage celui de laisser effectuer les tâches plus ennuyantes et routinières aux ordinateurs, ce qui laisse aux travailleurs de réaliser des activités plus intéressantes et créatives. De plus, grâce aux NTIC, nous pouvons aujourd’hui utiliser des nombreux objets utiles comme peuvent l’être les téléphones portables, les cartes crédit, la télévision numérique, etc. En addition, l’informatisation a amélioré les niveaux de productivité: les travailleurs peuvent réaliser plus de tâches dans un intervalle de temps plus réduit. De même, les entreprises qui utilisent les NTIC ont une meilleure réussite à l’heure de faire face à la concurrence. En parlant de ceci, elles peuvent aussi contribuer à la création de nombreux emplois, comme par exemple, dans le développement des logiciels. Finalement, grâce à elles nous pouvons retrouver de l’information et de nombreuses sources en ligne (d’une manière rapide, facile et efficace). Elles ont contribué aussi à l’amélioration de nombreux domaines, comme celui de la médecine, de l’éducation, des loisirs, etc.

D’une autre part, les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication ont des nombreux inconvénients. L’un des principaux est toujours mis en relation avec la santé. En effet, les NTIC ont tendance à accélérer le rythme de la vie quotidienne et à introduire davantage le stress; le travail devient parfois trop robotisé. De plus, il est important d’avoir des niveaux de compétences et/ou de qualifications assez élevés pour obtenir un emplois dans ce domaine (ceci limite et exclut les personnes âgées, par exemple, qui n’ont pas assez vécu la nouvelle génération technologique). Pour ajouter une nouvelle idée, nous pourrions dire qu’elles contribuent à la perte de la privacité, c’est-à-dire, de plus en plus, les données personnelles sont stockées sur des systèmes informatiques. En dernier lieu, d’une façon contradictoire, nous pouvons souligner le fait que, dû à la robotisation des usines, ainsi comme à l’informatisation des nombreux emplois dans l’industrie, des nombreux personnes peuvent être conduites au chômage.

Dans mon cas,  les NTIC sont très utiles pour me rendre active dans mon apprentissage,ainsi comme pour me permettre d’acquérir des compétences variées, comme par exemple, les bases sur la recherche documentaire, le travail de collaboration, etc. Par le contraire, parfois elles ont des résultats négatifs, tel que la perte de temps (ce qui emporte un possible vice, attachement) ou la distanciation avec les personnes. D’ailleurs, j’ai une matière qui s’appelle Technologie de l’Information et de la Communication, où nous réalisons différents projets, comme la création et édition de vidéos qui sont très utiles pour nous introduire peu à peu dans le monde technologique.

 

Ce nouveau concepte peut être mis en relation avec la révolution numérique, un mouvement qui ouvre des nouvelles perspectives à la création du savoir, à l’éducation et la diffusion de l’information. Elle est consolidée par les quatre “D”: digitalisation, démonétisation, désintermédiation et disruption digitale (ce sont des idées plutôt économiques).

 

Comme les NTIC, ce nouveau domaine retrouve aussi des nombreux risques et inconvénients qui peuvent être résumés dans les suivantes lignes. Un des principaux dangers, que nous avons d’ailleurs déjà mentionné avant, est celui de la création de la distance entre individus. En effet, un 47% des français interrogées dans un sondage réalisé par BVA (du 04 mai 2015 au 08 mai 2015) le croit ainsi. De même, un autre secteur mis en danger est celui de l’éducation: l’écriture manuscrite a tendance à disparaître au profit de la digitale. Pour mettre un exemple, de plus en plus, les écoles ont tendance à introduire des iPads en classe (ceci est un sujet un peu polémique et très discuté). Pour aller plus loin, la révolution numérique introduit le concepte de always on, c’est-à-dire, d’être tout le temps connecté; nous sommes une génération qui n’a pas le temps de s’ennuyer. C’est un fait actuel, nous révisons toujours notre portable afin de nous entretenir. De plus, les réseaux sociaux ont créé un monde virtuel qui peut être parfois très irréel et que d’ailleurs envahit parfois la privacité des personnes. De même, un risque très commun est le plagiat, puisque toutes les oeuvres et informations sont normalement visibles pour tous.  Par le contraire, l’élimination des frontières, la génération d’intelligence (de renseignements) et le pouvoir de connecter des personnes de différents pays dans un même système informatique sont l’unes des nombreuses avantages de la révolution numérique.

 

Cependant, comme dans d’autres aspects (au niveau sanitaire, alimentaire, etc), les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, créent une grande brèche numérique entre les pays et les personnes. Ce concepte fait référence à l’inégalité entre les personnes qui peuvent, ou pas, avoir un accès ou une connaissance des nouvelles technologies.

 

À la fin de 2015, 34 % des foyers dans des pays en voie de développement ont eu accès à Internet, moins de la moitié si nous comparons ce chiffre à celui des pays développés (81,3 %). Dans les pays sous-développés, seul 7 % des foyers ont Internet;la moyenne globale  est 46 %. Nous pouvons nous rendre compte alors que les inégalités affectent aussi aux NTIC; plus pauvre est un pays, moins de ressources a pour développer les moyens de fournir de l’Internet, par exemple, aux différents foyers. De même, non seulement ceci crée une brèche à ce niveau (elle peut refléter le développement social), mais condamne aussi d’autres aspects. Plus un pays peut se permettre d’obtenir des moyens de communication, de transmission de l’information, d’obtention de sources fiables, plus pourra développer et croître dans différents domaines, comme celui de l’investigation. Ceci n’est pas le cas dans des tous les pays d’Afrique, par exemple.

Dans la page web suivante nous pouvons retrouver une série de graphiques qui nous servent à vérifier et à démontrer ces données : http://www.lavanguardia.com/vangdata/20150529/54431507120/graficos-brecha-digital-en-mundo-2015.html

 

 

En conclusion nous pouvons dire que les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, avec tous les aspects qu’elles emportent, ont des nombreuses avantages, mais aussi beaucoup d’inconvénients qui peuvent être étudiés, pour considérer si les NTIC sont sont réellement utiles ou non dans notre société.

Pour finir, nous pouvons retrouver des intéressants videós sur Youtube qui peuvent aider à comprendre mieux la thème:

https://www.youtube.com/watch?v=J9fWy3Mbyc8

https://www.youtube.com/watch?v=Ekpb69hU2nY

https://www.youtube.com/watch?v=zGfEdJY7CBA

 

Bibliographie:

 

  • “NTIC”, Larousse.

Pour savoir plus:

http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/NTIC/186559#QYDUVFJyrRh06ZCP.99

 

  • “Les NTIC: analyse des avantages et des inconvénients”, Économie Solidaire, 2016.

Pour savoir plus:

http://www.economiesolidaire.com/2016/01/20/les-ntic-analyse-des-avantages-et-inconvenients/

 

  • “Les quatre piliers de la révolution numérique”, LesEchos.fr, Georges Nahon, 12/08/2015.

Pour savoir plus:

https://www.lesechos.fr/12/08/2015/LesEchos/21999-029-ECH_les-quatre-piliers-de-la-revolution-numerique.htm#geKTMtEhiZeDQidy.99

 

  • “Qu’est-ce que la révolution numérique?”

Pour savoir plus:

https://www.itu.int/net/wsis/basic/faqs_answer.asp?lang=fr&faq_id=42

 

  • “Révolution numérique: quelles perspectives pour la société?”, BVA, 03/06/15

Pour savoir plus:

http://www.bva.fr/fr/sondages/revolution_numerique_quelles_perspectives_pour_la_societe.html

 

 

 

 

  • “Gráficos sobre la brecha digital en el mundo en 2015”, LaVanguardia, 2013

.Pour savoir plus:

http://www.lavanguardia.com/vangdata/20150529/54431507120/graficos-brecha-digital-en-mundo-2015.html

 

  • “¿Qué es la brecha digital?”, Coaching Tecnológico, 01/03/13.

Pour savoir plus:
http://www.coaching-tecnologico.com/que-es-la-brecha-digital/

 

  • “Algunos pros y contras de la revolución digital”, DOG, Social Intelligence, 2012.

Pour savoir plus:

http://dogcomunicacion.com/algunos-pros-y-contras-de-la-revolucion-digital/

 

Publicités